Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les résultats dans la 4e circonscription du Loiret

La quatrième circonscription du Loiret regroupe les cantons suivants : Amilly Châlette-sur-Loing, Château-Renard, Châtillon-Coligny, Courtenay, Ferrières-en-Gâtinais et Montargis.
Les résultats du second tour:

Canton de Montargis: 57,1%
Canton d'Amilly: 58,6%
Canton de Châette-sur-Loing: 53,5%
Canton de Château-Renard: 62,2%
Canton de Châtillon-Coligny: 60,7%
Canton de Courtenay: 63,6%
Canton de Ferrières-en-Gâtinais: 61,3%

Frédéric Néraud, mon suppléant

f néraud

Maire honoraire de Dordives, conseiller général du canton de Ferrières-en-Gâtinais, Frédéric Néraud est mon suppléant.
Ancien président de l'association des maires ruraux du Loiret, il est président du syndicat mixte du SCOT du Montargois-Gâtinais et directeur de la Fondation du patrimoine.
Issu du milieu rural, d'une grande compétence, homme d'écoute et de proximité, nous sommes tout à fait complémentaires.

Dans l'Hémicycle


Rapports, questions au Gouvernement, missions et débâts ?
Retrouvez toutes mes actions dans l'Hémicycle en cliquant sur ce lien :

link

A l'Assemblée nationale













Réélu député au premier tour de scrutin en juin 2007 et au second tour en 2012, Jean-Pierre Door est Vice-président de la commission des affaires sociales et membre de la mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale.
Groupe d'amitié : Président : - Seychelles, Secrétaire : - Chine


lien :
http://www.assemblee-nationale.fr/

La Venise du Gâtinais

  La nouvelle édition du guide Michelin des "100 plus beaux détours de France" met en avant les nombreux charmes de Montargis, la Venise du Gâtinais qui compte plus de 130 ponts et passerelles.
Couleurs et parfums, culture et patrimoine, calme et fraîcheur : la ville ne manque pas d'atouts pour séduire tous les visiteurs.
Renseignements à l'office de tourisme:
 02 38 98 00 87

14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 14:38

logo.jpgJe viens à l'instant d'intervenir à l'Assemblée dans le cadre des questions au gouvernement, au sujet des mouvements de grève actuels et à venir, du monde médical. A l'adresse du Premier ministre, j'ai indiqué que son gouvernement déconsidérait la médecine libérale française. Le corps médical français ne vous fait pas confiance et est dans la rue (...) Sachez qu'il n'y aura pas de médecine sans les médecins (...) Il y a un vrai divorce entre le corps médical et votre gouvernement (...) Quand écouterez-vous le corps médical et changerez-vous de politique ?


La vidéo de mon intervention et la réponse de la ministre de la Santé visibles en fin de cet article.

- J'ai apprécié les excuses  présentées tout à l'heure du ministre Valls qui regrette ses propos sur l'amalgame honteux qu'il a fait entre le terrorisme et l'ancien gouvernement prononcés hier, remis à sa place illico par le président de l'Assemblée et celui de la République. Il aurait été préférable et à hauteur de sa mission, qu'il ne prononce jamais prononcer ces mots. Il est débutant à ce poste, certes, j'espère seulement que la leçon est bien apprise.-

 

 

 Ma question:
"Monsieur le Premier ministre, depuis six mois, vous n’avez eu de cesse d’affirmer que votre politique de santé recevait l’aval du monde médical et des usagers. Vous n’avez eu de cesse, le Président de la République et vous-même, de déclarer qu’enfin, une nouvelle politique de santé verrait le jour dans ce pays, grâce à la majorité socialiste. Pour notre part, lors de l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, nous vous avons alertés, en disant que vous déconsidériez la médecine libérale française (« Oh ! » sur les bancs des groupes SRC, écologiste, GDR et RRDP) et que vous stigmatisiez les médecins en les accusant de tous les maux et en en faisant des boucs émissaires. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe UMP.)

De fait, en dépit de vos discours, le résultat est bien triste : vos propos vous reviennent tel un boomerang. Les médecins, les chirurgiens, les internes et les étudiants sont vent debout contre votre politique. Le corps médical ne vous fait pas confiance ; il est dans la rue. Les cliniques, privées d’oxygène, sont à l’agonie. La chirurgie française est à la dérive. Les jeunes internes et les étudiants sont inquiets.
Monsieur le Premier ministre, il n’y aura pas de médecine sans médecins.
Après votre divorce d’avec les artisans, les commerçants, les professions indépendantes, les PME et les TPE, force est de constater un nouveau divorce entre votre gouvernement et le corps médical.
Plutôt que de vilipender et d’agresser sans cesse l’ancienne majorité, il faut vous ressaisir : recevrez-vous les représentants du corps médical ? Quand les écouterez-vous et changerez-vous de politique ?

La réponse de la ministre de la Santé

" Monsieur le député, il n’est pas de système de santé efficace et de qualité sans des médecins, des soignants, qui soient engagés et reconnus. C’est pourquoi je veux saluer ces médecins, généralistes ou spécialistes, qui ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires et qui travaillent sans compter. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC, écologiste, GDR et RRDP.) Je veux saluer les médecins du secteur 2 qui pratiquent des tarifs raisonnables et qui se sentent stigmatisés par les excès de ceux qui ne connaissent pas de limites.

J’ai reçu à de très nombreuses reprises l’ensemble des syndicats de médecins libéraux et je suis prête à le faire aussi souvent qu’ils le voudront. Tous – je dis bien tous – m’ont dit qu’il fallait lutter contre les agissements excessifs de certains. Mais il faut passer des paroles aux actes. À cet égard, l’accord sur les dépassements d’honoraires est un bon accord, car il encadre sans stigmatiser.

Oui, monsieur le député, les abus, qui concernent 5 % des médecins, seront sanctionnés et interdits. Est-ce que vous défendez ces tarifs abusifs ?

Oui, monsieur le député, les dépassements d’honoraires seront encadrés et les patients mieux remboursés. Est-ce cela que vous contestez ? (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

Oui, monsieur le député, près de 10 millions de Français auront désormais la garantie d’être soignés au tarif remboursé par la sécurité sociale. Est-ce à cela que vous vous opposez ?

Je vous le dis : l’accès aux soins est une priorité. Il y va de l’égal accès aux soins dans notre pays. Mais il faut des règles du jeu, et ces règles, ce sont celles de la justice."

Partager cet article

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article

commentaires