Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les résultats dans la 4e circonscription du Loiret

La quatrième circonscription du Loiret regroupe les cantons suivants : Amilly Châlette-sur-Loing, Château-Renard, Châtillon-Coligny, Courtenay, Ferrières-en-Gâtinais et Montargis.
Les résultats du second tour:

Canton de Montargis: 57,1%
Canton d'Amilly: 58,6%
Canton de Châette-sur-Loing: 53,5%
Canton de Château-Renard: 62,2%
Canton de Châtillon-Coligny: 60,7%
Canton de Courtenay: 63,6%
Canton de Ferrières-en-Gâtinais: 61,3%

Frédéric Néraud, mon suppléant

f néraud

Maire honoraire de Dordives, conseiller général du canton de Ferrières-en-Gâtinais, Frédéric Néraud est mon suppléant.
Ancien président de l'association des maires ruraux du Loiret, il est président du syndicat mixte du SCOT du Montargois-Gâtinais et directeur de la Fondation du patrimoine.
Issu du milieu rural, d'une grande compétence, homme d'écoute et de proximité, nous sommes tout à fait complémentaires.

Dans l'Hémicycle


Rapports, questions au Gouvernement, missions et débâts ?
Retrouvez toutes mes actions dans l'Hémicycle en cliquant sur ce lien :

link

A l'Assemblée nationale













Réélu député au premier tour de scrutin en juin 2007 et au second tour en 2012, Jean-Pierre Door est Vice-président de la commission des affaires sociales et membre de la mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale.
Groupe d'amitié : Président : - Seychelles, Secrétaire : - Chine


lien :
http://www.assemblee-nationale.fr/

La Venise du Gâtinais

  La nouvelle édition du guide Michelin des "100 plus beaux détours de France" met en avant les nombreux charmes de Montargis, la Venise du Gâtinais qui compte plus de 130 ponts et passerelles.
Couleurs et parfums, culture et patrimoine, calme et fraîcheur : la ville ne manque pas d'atouts pour séduire tous les visiteurs.
Renseignements à l'office de tourisme:
 02 38 98 00 87

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 11:30

logo.jpgVoici la teneur de l'intervention que j'ai faite au ministre Michel Sapin dans le cadre du débat sur le projet de loi "Emplois d'avenir", mardi, à l'Assemblée nationale:

"3 mois après les élections, enfin, Monsieur le ministre, vous constatez que la crise est grave et que le chômage est abyssal !
C
e que vous vous étiez bien gardé d’aborder lors de la campagne électorale face aux Français.
On allait voir ce qu’on allait voir !
Alors que cette vérité, qui saute aujourd’hui à vos yeux, avait été énoncée à plusieurs reprises par Nicolas Sarkozy et François Fillon.
En proposant ces emplois d’avenir pour les jeunes, dans certains quartiers difficiles, vous vous penchez exclusivement au chevet de la fonction publique. Au lieu de suivre ce qui serait le plus efficace, c'est-à-dire la stimulation de l’économie du secteur marchand par la réduction du coût du travail, la manne que vous offrez par votre proposition de loi n’est pas suffisante et ne fera pas disparaître le déficit d’emploi de notre pays.
Et vous commencez votre traitement du chômage par financer le secteur public en le privilégiant avec ces contrats, comme dans le passé avec les fameux emplois jeunes.
Vous êtes au-delà de toute logique qui est, pour nous, l’aide et le soutien des entreprises.
Pourtant des solutions existent : l’une d’elles passe par le maintien et même l’augmentation des contrats uniques d’insertion, dans les secteurs publics comme dans les secteurs marchands, et cela existe depuis plusieurs années, élaboré par l’ancienne majorité.
Personnellement en tant que maire, j’ai pu embaucher comme cela plus d’une centaine de contrats d’insertion, qui ensuite se sont dispatchés soit dans les collectivités locales, soit dans les entreprises.
L’autre solution était de s’engager dans le principe de réduction du coût du travail par la TVA compétitivité, que vous avez balayé d’un revers de main, et qui aurait conduit nos PME à embaucher, former, et qualifier nos jeunes, y compris les plus précaires d’entre eux.
Ce texte que vous proposez sur les contrats avenir exclusivement réservés à certains jeunes, ne nous convient pas, car il serait nécessaire de l’améliorer en poussant vers le secteur marchand, en proposant une formation de tous ces jeunes, mais avec des financements adéquats qui ne soient pas uniquement supportés par les collectivités locales, et en particulier par les municipalités.
Enfin, il aurait fallu aussi développer un secteur public d’apprentissage, et cela serait tout à fait possible compte tenu des importantes sommes que vous allez proposer, puisque que j’ai cru comprendre que votre proposition de loi était accompagnée d’un financement de plus de deux milliards d’euros, ce qui est quand même un peu consternant compte tenu de l’état des finances publiques…"

Partager cet article

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article

commentaires