Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les résultats dans la 4e circonscription du Loiret

La quatrième circonscription du Loiret regroupe les cantons suivants : Amilly Châlette-sur-Loing, Château-Renard, Châtillon-Coligny, Courtenay, Ferrières-en-Gâtinais et Montargis.
Les résultats du second tour:

Canton de Montargis: 57,1%
Canton d'Amilly: 58,6%
Canton de Châette-sur-Loing: 53,5%
Canton de Château-Renard: 62,2%
Canton de Châtillon-Coligny: 60,7%
Canton de Courtenay: 63,6%
Canton de Ferrières-en-Gâtinais: 61,3%

Frédéric Néraud, mon suppléant

f néraud

Maire honoraire de Dordives, conseiller général du canton de Ferrières-en-Gâtinais, Frédéric Néraud est mon suppléant.
Ancien président de l'association des maires ruraux du Loiret, il est président du syndicat mixte du SCOT du Montargois-Gâtinais et directeur de la Fondation du patrimoine.
Issu du milieu rural, d'une grande compétence, homme d'écoute et de proximité, nous sommes tout à fait complémentaires.

Dans l'Hémicycle


Rapports, questions au Gouvernement, missions et débâts ?
Retrouvez toutes mes actions dans l'Hémicycle en cliquant sur ce lien :

link

A l'Assemblée nationale













Réélu député au premier tour de scrutin en juin 2007 et au second tour en 2012, Jean-Pierre Door est Vice-président de la commission des affaires sociales et membre de la mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale.
Groupe d'amitié : Président : - Seychelles, Secrétaire : - Chine


lien :
http://www.assemblee-nationale.fr/

La Venise du Gâtinais

  La nouvelle édition du guide Michelin des "100 plus beaux détours de France" met en avant les nombreux charmes de Montargis, la Venise du Gâtinais qui compte plus de 130 ponts et passerelles.
Couleurs et parfums, culture et patrimoine, calme et fraîcheur : la ville ne manque pas d'atouts pour séduire tous les visiteurs.
Renseignements à l'office de tourisme:
 02 38 98 00 87

29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 16:03

Comment faire confiance à François Hollande ?
A cors et à cris il annonce que l’une de ses toutes premières mesures concernera la diminution de 30% de son traitement mensuel, ainsi que celui de ses ministres.
Une décision louable qui s’inscrit dans l’effort national réclamé.
Sauf que le conseil constitutionnel a jugé non conforme à la constitution cette requête…
Le président de la République n’est pas fichu de mener à terme les engagements qu’il prend concernant sa propre personne et ses amis proches.
Comme lui donner le moindre crédit sur ses décisions qui concernent la France  et le peuple entier ?
Assurément, la confiance en François Hollande est impossible !

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 09:26

Le débat sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale se poursuit cette semaine encore à l'Assemblée. Hier soir, au cours de la deuxième séance, je suis intervenu une nouvelle fois pour mettre le doigt sur les non-sens que propose la majorité socialiste : son budget n'est pas à la hauteur de l'enjeu et elle va dans le mur !

Mon intervention en vidéo:

 

Prévoir une croissance à 0,8 % et une masse salariale à 2,5 %, voire 2,8 %, pour construire votre PLFSS est une équation déjà obsolète, qui va vous conduire droit dans le mur. Je m’explique : la trajectoire de retour à l’équilibre que vous avez imaginée va être considérablement ralentie. L’ONDAM, fixé à 2,5 % l’an dernier et respecté, va être rehaussé à 2,7 %, alors que la Cour des comptes, dans son dernier rapport, préconisait une progression limitée à 2,4 % pour favoriser le retour à l’équilibre. Même le rapport IGAS-IGF de juillet dernier vous orientait dans cette direction et, l’an passé, le comité de pilotage de l’ONDAM présidé par Raoul Briet évoquait plutôt un ONDAM à 2,1 % ou 2,2 % pour atteindre l’équilibre.
Avec une croissance qui, selon certains organismes, sera malheureusement divisée par deux, et une masse salariale réduite, liée à un chômage galopant que personne – et surtout pas vous – ne maîtrise, vous ne pourrez éviter un déficit important : de toute évidence, vous allez franchir la ligne jaune, en déclenchant le comité d’alerte de l’ONDAM vers le mois de mars. À ce moment, votre seule issue sera la réduction des dépenses – lesquelles, je ne sais pas – ou, à nouveau, la recherche d’autres recettes, je ne sais pas non plus lesquelles.
Souvenez-vous du rapport de Didier Migaud, qui déclarait que « l’augmentation des recettes sera inévitable pour compléter l’effort », avant d’inviter à augmenter le taux d’impôt à assiette large, c’est-à-dire la CSG ou la TVA, en faveur du rééquilibrage des comptes sociaux.
Alors oui, cette idée d’évoquer la TVA vous donne certainement une allergie, mais il faudra bien que vous en guérissiez ! D’ailleurs, le rapport de M. Gallois, commandé par votre gouvernement, serait assez éloquent, si l’on en croit certains.
Votre projet de loi est construit sans réformes de structure et sans réduction des dépenses. En revanche, une avalanche de taxes et de prélèvements obligatoires va toucher la plupart des ménages et des assurés sociaux, mais surtout les petites et moyennes entreprises, les artisans, les commerçants et les professions indépendantes, ainsi que les retraités, dès que ceux-ci seront « impôts-dépendants ». C’est une grave erreur, car cela risque bien entendu de toucher au pouvoir d’achat, comme à la croissance et au cœur de notre économie.

Vous tournez le dos à toute évolution
Au-delà des chiffres, ce PLFSS n’engage pas les réformes structurelles de l’offre de soins dont nous aurions besoin pour rejoindre les standards européens. Je cite à nouveau Mme la ministre de la santé : « À part ceux qui croient encore aux contes de fées, qui peut croire à la réussite d’un tel scénario alors qu’aucune réforme de structure n’est prévue ? ». Elle prononçait ces mots en 2008. J’ai donc envie de lui demander : « Et vous, que faites-vous dans ce premier PLFSS ? » On n’y trouve aucune réforme de structure.
En ce qui concerne les soins hospitaliers, vous tournez manifestement le dos à toute évolution, au nom de la défense de l’hôpital public. À notre sens, c’est une grossière erreur de stopper la T2A, alors que quasiment tous les pays européens l’ont mise en place. Il faut ouvrir les yeux et comparer notre système de santé, par exemple avec celui de l’un de nos voisins, l’Allemagne.
Le nôtre est en déficit chronique quand le sien est chaque année excédentaire, au prix, il est vrai, de réformes structurelles constructives qui ont été accomplies depuis celle de M. Schroeder. Pourtant, nous avons des points communs : la qualité des soins est à peu près identique dans nos deux pays, de même que la densité médicale ou le taux de morbi-mortalité.
Le courage et la lucidité sont indispensables. L’hôpital public est un chaînon essentiel de notre système de soins, mais il est hypertrophié et trop dispendieux. Non, en effet, nous n’avons pas le même diagnostic que vous sur les difficultés qu’une minorité des centres hospitaliers peut rencontrer.
Le plan d’économies que vous avez présenté pour infléchir la croissance tendancielle est inacceptable. Vous faites reposer l’essentiel de l’effort sur les soins de ville, à hauteur de 1,7 milliard d’euros ; vous ménagez l’hôpital public, qui contribuera modestement à l’effort, à raison de 650 millions d’euros ; vous mettez surtout à contribution le médicament – pour 1 milliard d’euros –, au risque d’altérer l’industrie pharmaceutique française, qui est pourtant, comme vous le savez, l’un des fleurons de l’économie de notre pays.
Avant de conclure, je voudrais dire un mot au sujet de la démographie médicale. Vous semblez, avec le praticien territorial, découvrir le Graal qui va tout résoudre. Rappelons quand même que tous les outils sont sur la table grâce au gouvernement précédent – je sais bien que cela vous donne des boutons, mais cela n’en est pas moins vrai –, avec les sociétés interprofessionnelles de soins ambulatoires, les 250 maisons de santé programmés, les pôles de santé, les contrats d’engagement de service public, qui ont quand même donné quelques résultats, ou encore les bourses d’étude.
On peut être tenté de se réjouir de l’accord sur les dépassements d’honoraires, que l’orateur précédent a évoqué, mais, en le lisant – on vient de me le donner –, on s’aperçoit que c’est quasiment la copie conforme du secteur optionnel, qui était également dans les cartons.
Vous attaquez le gouvernement précédent – c’est votre rôle, vous êtes maintenant dans la majorité –, mais force est de reconnaître qu’il a mené des réformes structurelles.
 N’oublions pas, entre autres, la réforme des retraites, ou encore la loi HPST, même si elle est parfois critiquée.
Je rappelle également que nous avons protégé les Français pendant la période de crise la plus aiguë, survenue en 2008 et 2009.
Nous nous retrouverons l’an prochain pour évaluer les résultats de ce PLFSS. Je pense qu’auparavant – je vous le dis sincèrement – nous aurons été inquiétés par le comité d’alerte de l’ONDAM. Pour ces raisons, notre groupe ne votera pas votre projet de loi, mais vous vous en doutiez !

 

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 08:06

logo.jpgC'est le sens de l'amendement que j'ai présenté dans le cadre du débat sur le projet de loi de financelment de la sécurité sociale :que l’on puisse autoriser les médecins retraités qui le souhaitent à exercer temporairement dans les territoires manquant de praticiens.

Plus de 10.000 médecins seraient ainsi concernés.  « Beaucoup d’entre eux sont encore tout à fait capables d’exercer et peuvent faire des vacations, des remplacements, voire participer à des consultations avancées ou donner des consultations dans des hôpitaux locaux ou des maisons de retraite, à raison de quelques journées ou demi-journées par semaine. »
Ma proposition vise à exonérer ces volontaires de la cotisation retraite. Ils paieraient, par contre, les autres charges liées à leur activité ponctuelle.

« Sans l’exonération de charges de retraite qui ne leur ouvrent plus droit à prestations, ils risquent de ne pas se décider, d’autant que le revenu supplémentaire qu’ils tireront de leur activité sera imposable. »

Dans ces conditions, plusieurs médecins retraités du Loiret et de la région Centre seraient disposés dès maintenant à reprendre une activité temporaire dans les communes touchées par le manque de praticien.

Je présenterai à nouveau  cette proposition dans l’Hémicycle la semaine prochaine devant le ministre de la Santé.

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 09:16

hopital mgis

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 08:25
La majorité socialiste de rejeté hier à l'Assemblée nationale, un projet de loi UMP relative à l'aide médicale de l'Etat. Projet de Christian Jacob, que j'ai co-signé.
Bilan: un travailleur français sans mutuelle, payant des cotisations sociales obligatoires, a une moins bonne couverture qu’un étranger en situation irrégulière !
La présentattion de cet projet et mes interventions :
"Nous allons pouvoir démontrer aux Français que générosité et responsabilité ne doivent pas être confondues. Nous sommes, nous, généreux et responsables, là où l’idéologie de gauche est depuis toujours, et en l’espèce jusqu’à la caricature, d’une naïveté coupable et irresponsable. Les positions sur l’aide médicale d’État sont tranchées, ce qui permettra aux Français de se faire une idée assez précise de ce que sont la générosité de droite et la générosité de gauche. Celle-ci entend continuer à gaspiller l’argent public et à désespérer nos concitoyens par son ignorance de la responsabilité. Elle va même les pousser à la révolte en traitant un étranger entré illégalement sur le territoire national mieux qu’un étranger qui y est entré légalement ou même qu’un de nos concitoyens.
En effet, la gauche souhaite permettre aux étrangers entrés irrégulièrement sur le territoire national d’accéder gratuitement aux soins les plus coûteux, parfois même aux soins les plus injustifiés, tout cela sans rien débourser ! À nouveau – car nous avions pris les mesures nécessaires pour éviter ce gaspillage d’argent public, le monde entier pourra venir se faire soigner gratuitement, aux frais de nos concitoyens, dans un système hélas très peu contrôlé dont nous dénonçons les dérapages financiers et les abus.
Ainsi, un travailleur français sans mutuelle payant des cotisations sociales obligatoires a une moins bonne couverture qu’un étranger en situation irrégulière. Ce n’est pas acceptable, ni pour l’UMP ni pour nos concitoyens !"
Mes interventions :
"Contrairement à ce que laissent croire les déclarations quelque peu excessives que nous avons pu entendre, je rappelle tout de même que nous avons maintenu l’AME. En 2011, nous avons souhaité encadrer sa mise en œuvre, d’abord en établissant des règles de responsabilité pour le demandeur avec le paiement d’un droit de timbre de trente euros – alors que l’étranger en situation régulière en paie cinquante –, ensuite en constituant un guichet unique auprès des caisses primaires d’assurance maladie. Ces mesures, la nouvelle majorité les a supprimées.
Il nous paraît maintenant nécessaire de rétablir ce guichet unique.
Pourquoi ? Parce qu’en donnant un rôle important aux centres communaux d’action sociale, les CCAS, et aux centres intercommunaux, vous exposez les maires ou les présidents d’intercommunalité à de grandes difficultés pour constituer des dossiers et rassembler toutes les informations nécessaires. Il y a donc des risques de dérive et de laxisme. Nous en avons eu déjà la preuve – les maires le savent bien – avec les certificats d’accueil, qui sont souvent très difficiles à remplir et à contrôler ; on ne sait même pas ce qu’ils deviennent une fois que les personnes accueillies quittent le territoire français. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)
Pourquoi dès lors existerait-il un système avec deux poids, deux mesures, alors que notre proposition ne vise que les soins coûteux de plus de 15 000 euros, autrement dit des soins très lourds ? Les soins urgents en revanche ne sont pas concernés."
Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 14:27

J'ai voté cet après-midi, comme 477 députés le traité européen préparé par  Nicolas Sarkozy. Sans les voix de l'aile gauche du PS, ni le Front de gauche et l'Ecologie. Dans ce vote, l'UMP se montre totalement responsable alors que le Parti socialiste est totalement irréaliste : le président Hollande avait logo.jpgpromis qu'il changerait le texte, soumet à la virgule près le même texte... Preuve de la cacophonie dans son comportement et dans son camp.

Nicolas Sorkozy avait porté la France en tête de l'Europe. Aujourd'hui, l'ampleur de la crise nécessiterait que la voix de la France soit forte et claire: elle ne l'est pas ! La France reste silencieuse.

Il y a une incohérence entre ce traité et la politique économique de notre pays: où est l'harmonie fiscale? Nous attendons du président de la République des mesures fortes et ambitieuses. Elle sont, aujourd'hui, absentes !

J'ai participé ce matin à la réunion commune du groupe UMP de l'Assemblée avec des députés allemands de la CDU-CSU. Leur situation socio-économique est très enviable...

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 13:38

logo.jpgJe viens tout juste d'intervenir à l'Assemblée, dans le cadre des questions au gouvernement, en interpellant la ministre des Affaires sociales et de la Santé sur sa politique : "Votre projet comporte des contre-vérités et n'est pas responsable. Vous ne pourrez pas tenir vos engagements. Votre créneau, c'est plus de taxes !

Vous mentez aux Français: vous ne suppimez pas la taxe sur les mutuelles que vous avez tant décriée lors de la campagne des présidentielles..."

Résumé de la réponse de Marisol Touraine : "Le temps de l'austérité, le temps de la crise sociale est terminé..."
Je crois au contraire que nous sommes en plein dedans et ce n'est pas la recette socialiste qui nous en fera sortir indemnes !

 

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 13:04

GabonA l’invitation de la section gabonaise de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, présidée par M. Guy Nzouba-Ndama, président de l’Assemblée nationale du Gabon, la 10e réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA s'est ouverte aujourd'hui à Libreville. J'y représente la France.
Réunissant une trentaine de participants, cet événement donne au Réseau l’occasion de faire le point sur la situation concernant la lutte contre le VIH/SIDA notamment au Gabon et plus généralement en Afrique.

Nous avons auditionné M. Jan Van Damme, chargé des relations avec les donateurs au Fonds mondial de lutte contre le sida. Le débat va nous permetre de revenir sur la problématique du financement de la lutte contre le VIH et sur le rôle des parlementaires concernant le contrôle des sommes allouées.

Le Réseau auditionnera également Mme Inge Tack, d’ONUSOIDA sur le document Sida et crise de la dépendance, pour des solutions africaineshttp://www.unaids.org/en/media/unai... ainsi que le Dr Lucile Imboua de l’Organisation mondiale de la Santé sur le  Code de praique mondiale pouyr le recrutement international des personnels de santé.

Plus de détails dès mon retour.

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 13:18

logo.jpgCe matin,  j'ai été nommé membre titulaire du Haut-conseil du financement de la protection sociale, installé par le Premier ministre à Matignon.
Le Haut-conseil devra dresser avant fin octobre un "état des lieux du système de financement de la protection sociale". L'instance proposera ensuite dans trois mois plusieurs scénarios de réforme pour
un financement de la Sécurité sociale et des retraites qui permettront au gouvernement de prendre des décisions.

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 17:45

Cet après-midi à l'Assemblée, je suis intervenu dans le cadre de l'audition du premier président de la Cours des comptes qui présentait son rapport annuel des lois de financements de la Sécurité sociale.

Une  certitude : nos actions au sein du gouvernement Sarkozy sont reconnues comme étant efficaces dans un contexte difficile.

Une interrogation: quelle est l'efficacité des mesures avancées par le nouveau gouvernement dans ce même contexte ?

Voici l'extrait vidéo de mon intervention (source: Assemblée nationale)

(PS: n'oubliez pas de signer, si vous le souhaitez, la pétition UMP contre le vote des étrangers que nous concoctent les socialistes...mais c'est loin d'être gagné !)

 

Repost 0
Jean-Pierre Door
commenter cet article